Tu penses donc tu es,
Tu crois être arrivé,
avoir ton identité,
pourtant tu es prisonnier.

que tu te trouves ici ou là,
ce qui t'entoure autour de toi,
te conditionne malgré toi,
s'en détacher te libérera.

Ton corps n'est que l'hôte de ton âme,
c'est lui qui abrite ta flamme,
ce corps peut aussi bien l'étouffer,
que la propager, la difusser,
donc à toi de bien l'utiliser,
pour qu'a travers lui tu puisse briller.

(Tant qu'on appartient à quelque chose, qu'on fait partie d'une communauté, on ne pense pas par soi-même. En se libérant de ce monde, de ce corps (qui nous enchaîne), de ses amis (qui nous induisent), de sa famille (qui nous pilote), de ses connaissance (qui nous nuisent), de son pays (qui nous contraint)... de toute communauté (qui nous asservit)... On devient vraiment libre. à chacun ensuite d'utiliser cette liberté comme bon lui semble.

En gros ça veut dire qu'il faut se détacher de tout pour pouvoir en jouir pleinement. Et ne pas être asservi par toutes ces choses, que ce soit de pression mentale externe par des contraintes financières, d'autres personnes, etc... ou interne par nos propres sentiments ou passions (colère, angoisse, tristesse, pensées obsetionnelles, etc...), se libérer de toute appartenance nous libère de toutes ces contraintes. CE QUI ne veut pas dire qu'on ne soit pas concerné, mais notre détachement nous protège, nous permet de prendre les bonnes décisions et de voir les choses avec clarté, lucidité, sans a prioris, ni jugement hâtif. d'agir en conscience.)

Fabien FERT