Nos "grandes" civilisations,
peut être grâce à la religion,
ont stigmatisé le bien et le mal,
au point de les mettre sur un pied d'estal.

certains vénèrent le bien,
d'autre vénèrent le mal,
mais dans ces deux cas, on voit bien,
que chacun trouve cela normal.

Et pourtant l'un ne peux exister,
sans l'autre, sans sa moitié.
A tel point qu'ils ne doivent pas être différentiés,
puisque provenant de la même entité.

chacun a ses propres références,
on croit faire le bien et on le pense,
alors que pour d'autres, nos actions,
ne sont que douleurs ou déraison.

(Même les personnes qui ne veulent que faire le bien, provoque parfois des répercussions négatives sur d'autres personnes. Les contraires sont opposé, mais inséparables. Sachant cela, la meilleure attitude à avoir est de prôner le bien pour le plus grand nombre... Plus grand nombre pour la communauté, la région, le pays, la terre entière. Les meilleures "bonnes" décision et actions seront jugées par le temps. Mais les actions dont nous avons la connaissances qu'elle sont mauvaises dés aujourd'hui, pourquoi les poursuivre ?...)

Fabien FERT