Les jours précèdent les mois,
Les saisons précèdent les années,
Au fur et à mesure nous sommes en émois,
jusqu'à ce que nous soyons évaporé...

Ce doux cycle nous a enveloppé,
ils nous a accompagné,
et nous en sommes imprégné,
sans même nous en inquiéter.

Pourtant, nos déboire dans la vie,
nous font dire des calomnies,
Alors qu'il suffit de regarder autour de soi,
pour comprendre que, ce qui est ne sera pas.

La pauvreté passera,
le bonheur arrivera,
ou bien inversemment,
si aujourd'hui nous y sommes dedans.

Cette roue perpétuelle,
qui semble presque éternelle,
nous n'y pouvons rien,
car c'est elle qui nous maintien.

Elle nous relie à l'essentiel,
à la terre et au ciel,
nous remet à notre place,
et régie toutes nos traces.

cette marque que nous laisserons après notre passage,
que ce soit de la bonté, de l'amour ou de l'orage,
aura été rythmée par ce cycle,
comme le décrivais Sophocle.

(Savoir que rien n'est éternel est essentiel. ça nous remet à notre juste place. Tout ce que nous construisons aujourd'hui sera détruit demain. Ce que nous désirons aujourd'hui, peut être l'aurons nous demain, la roue tourne... à nous de savoir attendre, ou saisir au vol les opportunités qui se présentent...)

Fabien FERT