Les yeux à demi-ouverts,
il songe à ce qu'il va faire
en ce matin gris et austère :
il fait comme ses compères.

Son cerveau a été anesthésié
par les informations de la télé,
Mais malgré tout il commence à émerger,
et ce rendre compte qu'il dérivait...

Espérons que ce réveil,
ne sera pas trop tard
et que cette petite étincelle,
nous sortira du brouillard.

Car plus le temps passe
plus nos chances trépassent,
et plus on accroît
la somme de travail qu'il nous faudra...

Fabien FERT