A celle qui reste

Aujourd’hui, je le peux sans peine,
Te remercier sans que ça te gène,
Car tu ne vois pas encore où ça mène,
Cette belle vie qu’a été la mienne.

Demain, tu auras 30 ans,
Tu regarderas la vie devant,
Le bonheur avec tes enfants,
Tu te réaliseras en attendant…

Demain, ce que je t’ai enseigné,
Alors même que tu n’en voulais,
Tu le chériras subjuguée,
Et le transmettras à ton nouveau né.

Demain, l’amour que je t’ai donné,
Raisonnera dans l’éternité,
Car tu voudras le partager,
A la terre, aux gens, à l’humanité.

Demain, Lorsque tu pleureras,
Tu te souviendras de moi,
Les mots vains, les pourquoi,
Ne me ramèneront pas, cette fois.

Pourtant demain, je te le lègue,
Moi qui est commencé bègue,
Pour que tu visites les touaregs,
A bords de ton beau télègue.

Demain, tu comprendras,
Le message bien au delà,
De ma vie après trépas,
Et ce que j’ai vécu autrefois.

Après Demain, ne soit pas triste,
Enivre toi de la beauté qui existe,
Pour qu’à travers toi je subsiste,
Même en tant qu’antinataliste !

Comme j’ai pu ma force tirer,
de ceux qui m’ont fait pleurer,
à toi maintenant de te réaliser,
aidé de ce qu’ils nous ont légué.

Car oui demain, je serais là,
Par tes gestes et tes ébats,
Je pourrais vivre à travers toi,
A ce moment tu m’honoreras.

Donc merci, car ma vie tu prolongeras,
tout simplement en étant toi…

Fabien FERT

(09-06-2018)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.